Addiction alimentaire

L’addiction alimentaire n’est pas classée dans le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, bien qu’elle se caractérise par des crises de boulimie, des fringales et un manque de contrôle sur la nourriture.

Bien qu’une personne qui a occasionnellement des envies ou qui mange trop ne réponde pas aux critères de cette affection, il existe au moins huit symptômes typiques.

Voici quelques-uns des signes et symptômes les plus courants de l’addiction alimentaire.

1. Addiction alimentaire : des envies de manger malgré le fait que vous soyez rassasié

Même après avoir mangé un repas substantiel et sain, il est courant de ressentir des envies de manger. Certaines personnes, par exemple, peuvent avoir envie d’une crème glacée en dessert après avoir mangé un steak avec des pommes de terre et des légumes.

La faim et les fringales ne sont pas synonymes. Lorsque vous avez envie de consommer quelque chose alors que vous avez déjà mangé ou que vous êtes rassasié, on dit que vous avez un désir.

Il s’agit d’un phénomène assez fréquent, qui n’indique pas nécessairement qu’une personne est dépendante de la nourriture. La majorité des gens ont des envies de manger.

Si les envies sont fréquentes et qu’il devient difficile de les satisfaire ou de les ignorer, elles peuvent être le signe de quelque chose de plus grave.

Ces fringales ne sont pas causées par un manque d’énergie ou de nutrition, mais plutôt par le besoin du cerveau de tout ce qui libère de la dopamine, un neurotransmetteur impliqué dans le plaisir humain.

Les fringales sont un phénomène régulier. Si un besoin unique n’indique pas toujours un problème avec la nourriture, si vous avez des envies récurrentes qu’il est difficile d’ignorer ou de satisfaire, vous avez peut-être un problème.

2. Consommation d’une quantité de nourriture bien supérieure à ce qui est nécessaire

Un seul goût de chocolat ou une seule part de gâteau est insuffisant pour certaines personnes. Une bouchée devient vingt, et un morceau de gâteau devient un demi-cake.

Avec toute sorte de dépendance, cette mentalité du tout ou rien est typique. La modération n’existe pas – elle ne fonctionne tout simplement pas.

C’est presque comme si encourager une personne souffrant d’une dépendance alimentaire à manger de la malbouffe avec modération revenait à conseiller à une personne souffrant d’une dépendance à l’alcool de boire de la bière avec modération. Cela ne peut tout simplement pas être fait.

3. Suralimentation jusqu’à l’étouffement

Lorsqu’elle cède à un besoin, la personne souffrant d’une dépendance alimentaire peut ne pas être capable d’arrêter de manger jusqu’à ce que le besoin soit satisfait. Elle peut alors découvrir qu’elle a beaucoup trop mangé et que son estomac est totalement plein.

4. Sentiment de culpabilité après coup, tout en prévoyant de recommencer bientôt

Essayer d’éviter de manger des aliments malsains et céder ensuite à un besoin peut entraîner un sentiment de culpabilité. Une personne peut croire qu’elle se comporte mal ou même qu’elle se trompe. Une personne souffrant d’une dépendance alimentaire continuera à répéter le cycle malgré ces sensations négatives.

5. Inventer des justifications

En matière de dépendance, le cerveau peut être un endroit bizarre. Lorsqu’une personne décide d’éviter les aliments déclencheurs, elle peut élaborer son propre ensemble de règles. Ces règles peuvent toutefois être difficiles à respecter.

Lorsqu’elle est confrontée à un besoin, une personne souffrant d’une dépendance alimentaire peut découvrir des méthodes pour contourner les restrictions et céder à ce besoin.

Cet état d’esprit peut être similaire à celui d’une personne qui tente d’arrêter de fumer. Cette personne peut croire qu’elle n’est pas un fumeur si elle n’achète pas son propre paquet de cigarettes. Elle peut cependant fumer dans le paquet de cigarettes d’un ami.

6. Échecs constants dans l’élaboration de règles

Lorsque les gens ont des difficultés à se maîtriser, ils essaient souvent d’établir des règles pour eux-mêmes.

Par exemple, faire toujours la grasse matinée le week-end, terminer toujours ses devoirs directement après l’école et ne jamais consommer de café après une certaine heure de l’après-midi sont autant d’exemples de mauvaises habitudes. Ces règles, comme celles concernant l’alimentation, échouent pratiquement invariablement pour la majorité des individus.

Un repas ou un jour de triche par semaine, par exemple, ou le fait de manger de la malbouffe lors de fêtes, d’anniversaires ou de vacances ne sont que quelques exemples.

7. Empêcher les gens de vous voir manger

Les personnes qui ont l’habitude de se fixer des règles et de ne pas les respecter cachent souvent leur consommation de malbouffe aux autres.

Elles peuvent préférer manger seules quand il n’y a personne d’autre, dans la voiture ou tard le soir après que tout le monde soit allé se coucher.

8. Des problèmes physiques vous empêchent d’arrêter de fumer

Vos habitudes alimentaires ont un impact important sur votre santé.

La malbouffe peut entraîner une prise de poids, de l’acné, une mauvaise haleine, de la fatigue, une mauvaise santé bucco-dentaire et d’autres problèmes courants à court terme.

L’obésité, le diabète de type 2, les maladies cardiaques, la maladie d’Alzheimer, la démence et même certains cancers peuvent tous être causés par la consommation de malbouffe pendant toute une vie.

Toute personne qui est confrontée à l’un de ces problèmes en raison de sa consommation d’aliments malsains et qui est incapable de modifier son comportement aura très probablement besoin d’aide.

Pour surmonter l’addiction alimentaire, il faut généralement recourir à un plan de traitement conçu par des spécialistes expérimentés.

Laisser un commentaire

66 − 65 =